PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Page

PREMIÈRES RENCONTRES DE
GRAFFITOLOGIE ANCIENNE
DU 21 MARS 2015 À PARIS

 

L’étude des graffitis anciens n’est pas une nouveauté. Il faudra faire un jour une recherche exhaustive pour retrouver ceux qui, depuis Raffaele Garrucci et sa publication des Graffiti de Pompéi en 1856, en ont fait l’objet de travaux passionnés et souvent passionnants. Qu’ils soient des savants au sens dixneuviémiste du terme, défricheurs de connaissances encore inexplorées, ou universitaires intrigués par ces expressions peu canoniques et pourtant récurrentes à travers les siècles. Parmi les grands précurseurs il faut citer Serge Ramond qui consacra une grande partie de sa vie à la recherche graffitique et qui prit des milliers d’empreintes réunis dans le musée La Mémoire des Murs de Verneuil en Hallate dont il fut le fondateur.

Les intervenants au colloque du 21 mars 2015 poursuivent avec bonheur et compétence cette tradition.

 

agreement2 Remerciements:

Ce colloque n’aurait pas pu avoir lieu sans d’amicaux soutiens qu’ils en soient vivement remerciés. La Mairie du 11eme arrondissement et son maire François Vauglin, l’association Graf&Mer et sa présidente Cécile Salaün, le Groupe de Recherche en Graffitologie Ancienne (GR.GA), Marie-Claude et Jean-Pierre Auffret organisateurs de la visite-découverte-graffitis du 22 mars à Ballancourt et Larchant, l’Association Culturelle Larchant. Mais c’est au travaux est aux recherches des intervenants que reviennent les remerciements les plus chaleureux : Marie-Claude Auffret, Luc Bucherie, Christian Colas, Jean-Mary Couderc, Claire Guinchat, Sylvie Jacquot-Barrault, Guillaume Lebaudy, Michel Leblond, Jean-Marc Le Marois, Nathalie Magnardi, Nicolas Mélard, Guillaume Normand, Yves Pagés, Thierry et Mathieu Ramond, Jean-Marie Strangi, Grégoire Vilanova.

 


 

INTERVENTIONS 2015

01. Les Bavards

Les BavardsDès les débuts de l’écriture les hommes ont laissé des textes gravés sur des supports lithiques, métalliques et des poteries. À la protohistoire ces textes ressemblaient aux écrits officiels puis peu à peu le répertoire s’est très largement élargi. Les murs et les roches sont alors devenus de véritables espaces portant toutes sortes d’expressions : vie quotidienne, témoignages de moments historiques, revendications diverses , messages pacifiques, guerriers, écologiques… Si la plupart des textes sont brefs d’autres comportent plusieurs phrases.

par Marie-Claude et Jean-Pierre AUFFRET

Voir Intervention

02. Des compagnons du dernier des Mohicans à Cognac (Charente, France)

compagnons-du-dernier-des-mohicans

Graffiti anciens venant du nouveau monde.

par Luc BUCHERIE

Voir Intervention

03. Actualités de l’inventaire et des études sur les gravures et graffiti du château de Selles à Cambrai

gravures-et-graffiti-chateau-de-sellesLe château de Selles à Cambrai (département du Nord) fait partie des sites médiévaux et modernes les plus riches en termes de manifestations murales gravées et sculptées. Les gravures les plus anciennes datent du début du XIVe siècles et les plus récentes ont été réalisées il y que quelques décennies.

Ces graffitis sont aujourd’hui menacés par de récents phénomènes d’altération. Un projet de recherche a été consacré depuis 2010 à ces vestiges à l’initiative d’archéologues de la DRAC Nord-Pas-de-Calais. L’objectif est l’inventaire, la sauvegarde et l’étude des témoins écrits et dessinés sur les murs par les occupants (soldats, prisonniers, visiteurs) du château. Des techniques modernes (relevé numérique sur photo et numérisation 3D haute résolution) sont employées afin de permettre un enregistrement optimal et une étude des plus fines. Les recherches sont programmées jusqu’en 2017.

par Thomas BYHET, Valérie MOTTE et Nicolas MELARD

Voir Intervention

04. Des graffitis préhistoriques ?

des-graffitis-prehistoriquesUn graffiti c’est une inscription, un dessin, une gravure, une peinture ou même une sculpture fait spontanément par quelqu’un qui ne représente que lui-même. La graffitologie pose ces expressions comme objet d’étude et en cherche les origines. Le paléolithique supérieur (40 000-10000 B.P) voit-il l’apparition des graffitis ? On ne parle pas des fresques des grottes Chauvet, Altamira, Lascaux, Cosquer et autres qui sont des œuvres de « professionnels » des communautés paléolithiques et qui ont peut-être des consonances rituelles, mais des mains positives et négatives si fréquentes particulièrement au Gravettien (28000-22000 B.P). A côté d’autres sens, ne sont-elles pas les premières signatures humaines et à ce titre, ses premières expressions graffitiques ?

par Christian COLAS

Voir Intervention

05. Graffiti navals de la chapelle de Bavalan

graffitis-navals-chapelle-de-bavalanCette chapelle du XVe siècle, située à Ambon, magnifiquement restaurée, offre, pour une région de granit et de schistes peu propices aux graffiti, un double intérêt. On y trouve d’abord sur les encadrements des ouvertures en tuffeau (arrivé par des bateaux de Loire), une première série de graffiti ( XVIe – XVIIIe siècles) avec, par ordre de fréquence décroissante, des navires de commerce, des chasse-marée et autres navires locaux comme des canots, et quelques vaisseaux de guerre.

Sur un enduit (sable + chaux + coquillages broyés) qui pourrait remonter au XVIIe siècle, on peut admirer un ensemble de navires de guerre variés, essentiellement du XVIIIe siècle (sauf deux navires du XVIIe siècle), gravés à la pointe, très certainement pendant la présence à deux pas, dans l’estuaire de la Vilaine, de 11 navires de guerre (vaisseaux, frégates et goélettes) réfugiés là (de novembre 1759 à avril 1762 pour les derniers), après la bataille des Cardinaux.

Ces graffiti sans doute réalisés par un même auteur, pourraient être l’œuvre d’un marin ou d’un habitant proche, versé dans les choses de la mer.

par Jean-Mary COUDERC

Voir Intervention

06. Le graffiti entre les pages – De Virgile à Thomas MANN

de-virgile-a-thomas-mannOn rencontre souvent des graffiti là où on ne s’y attendait pas : sous la plume de toutes sortes d’auteurs, qui prennent la peine de s’y arrêter, voire de les utiliser comme éléments narratifs. Qu’ils soient écrivains, scientifiques ou poètes, académiciens ou psychanalystes, ils ont un jour buté sur un mur, une palissade ou un arbre gravés et pris le temps de donner leur opinion à ce sujet. En voici quelques exemples. Le graffiti entre les pages…

par Claire GUINCHAT

Voir Intervention

07. Graffiti, tag, fresque dans les révolutions tunisienne et égyptienne

graffiti-revolutions-tunisienne-et-egyptienne

par Sylvie JACQUOT-BARRAULT

Voir Intervention

08. Fragments d’archives de la montagne

graffiti-des-bergers-transhumantsAux portes de Marseille, dans la steppe de la Crau, plaine d’hivernage des troupeaux d’ovins la plus fréquentée au sud de la France, les bergers transhumants ont inscrit des milliers de graffiti depuis plus de deux siècles. Effectués loin des villages, dans la solitude de cette plaine désertique et de leur condition de saisonniers gavots et piémontais souvent mal considérés par leurs patrons, ces écritures signent fièrement l’appartenance à un groupe professionnel. Empruntant les mêmes formes, lus comme des amorces de récits, ils condensent les trajectoires professionnelles et personnelles de ces bergers d’origine alpine, offrant à ceux qui leur ont succédé (et qui écrivent sur les mêmes murs) la possibilité de s’inscrire dans une lignée professionnelle et de s’en faire les « récitants ». Ces écritures constituent à la fois des archives à ciel ouvert et une histoire des mobilités pastorales des bergers alpins en Provence.

par Guillaume LEBAUDY

Voir Intervention

09. Les traces gravées et dessinées de l’église du bourg de Conches-en-Ouche

traces-gravees-et-dessinees-eglise-de-conches-en-oucheLes épures d’architecture sont des sujets peu traités, peu remarqués. Leur lecture, souvent sur de grandes surfaces, recouvertes soit de peintures murales ou de graffiti les rend difficilement compréhensibles. La particularité de l’église Sainte Foy de Conches est qu’elle présente sur ses murs extérieurs comme dans les combles des tracés particulièrement nombreux et détaillés. Nous en proposons un aperçu.

par Michel LEBLOND

Voir Intervention

10. Le prieuré Saint-Gabriel

le-prieure-saint-gabrielTout proche de Caen, la construction du prieuré Saint Gabriel débute au XIIe siècle, et se poursuivit au cours des siècles suivants. Le prieuré abrite aujourd’hui une école d’horticulture. Un travail de recherche des graffiti a été entrepris avec des élèves. Il a abouti l’été dernier à la mise en place d’une exposition de plus de 80 moulages de graffiti du prieuré, réalisés en partie par des jeunes.

par Jean-Marc LE MAROIS

Voir Intervention

11. Les graffitis historiques de la Vallée des Merveilles

les-graffitis-historiques-de-la-vallee-des-merveillesLa région du Mont Bégo, dans les Alpes-Maritimes, est une zone fréquentée dès le Néolithique (et jusqu’à l’âge du Bronze ancien) par des populations agro-pastorales. En regard de leur mythologie et de leur spiritualité, des milliers de gravures ont été incisées sur des blocs rocheux culminant à plus de 2.000 mètres d’altitude.

Cette tradition perdure aux époques historiques, où militaires, bergers, pèlerins, voyageurs érudits et marins confient à leur tour, sur la roche, leur témoignage de passage.

par Nathalie MAGNARDI

Voir Intervention

12. Écrits de rue et interdit, histoire du graffiti dans la ville

ecrits-de-rue-et-interditAprès des millénaires durant lesquels les graffitis faisaient partie du paysage urbain, le XIXe siècle a inauguré leur criminalisation : les transformations urbanistiques de Paris sous le préfet Haussmann ont développé une forme d’architecture préventive, renouvelée au XXème siècle en réponse à l’explosion des tags. Si la lutte anti-graffiti était initialement liée à la traque de l’écrit « subversif », depuis la fin du XXème siècle elle réfute toute considération d’ordre moral, associant désormais systématiquement cette pratique au vandalisme et à la pollution visuelle. Seul un caractère esthétique lui ouvre parfois les portes d’une reconnaissance, bien souvent intéressée.

par Guillaume NORMAND et Grégoire VILANOVA

Voir Intervention

13. Les graffitis de 68 à nos jours, aperçu des mutations en cours

les-graffitis-de-68

par Yves PAGÈS

Voir Intervention

14. La carrière Martial

carriere-martial-refuge-de-soldats-allemands-1916

Refuge de soldats Allemands en 1916.

par Thierry et Mathieu RAMOND

Voir Intervention

15. Graffiti navals dans le bassin méditerranéen

graffiti-navals-dans-le-bassin-mediterraneenC’est vers le IXème millénaire avant notre ère, que les Hommes ont pratiqué la navigation en Méditerranée. Grâce à des preuves indirectes nous connaissons certaines voies de navigation. Depuis toujours ces marins ont voulu laisser une trace de leur activité, c’est ainsi qu’ils se sont mis à graver ou peindre leur monde maritime partout où ils se trouvaient. Le bassin méditerranéen compte beaucoup de lieux à graffiti navals. Tous les pays, toutes les îles ont leurs sites à graffiti, ces lieux vont du bord de mer (marché de Liptis Magna en Libye) jusqu’en montagne à 2.200 m d’altitude (Mont Bégo, France). On les trouve dans des endroits aussi dissemblables qu’une prison (prison de Victoria, Ile de Gozo), une cathédrale (Palma de Majorque), un four à boulets (Iles de Lérins, France)… Nous allons naviguer dans ces pays méditerranéens pour découvrir les sites et les gravures de ces marins d’un autre temps

par Jean-Marie STRANGI

Voir Intervention

(0)

Mise à jour : le 25 août 2017 à 20 h 04 min
Pour entrer en contact avec le webmaster cliquer ici.